SGS when you need to be shure

SGS, une stratégie de croissance en continu

Leader mondial de l’inspection, de la vérification, de l’analyse et de la certification, SGS est présent au Maroc depuis près d’un siècle. Créé en 1878, le groupe suisse, qui compte plus de 350 collaborateurs dans le pays, joue un rôle déterminant dans l’accompagnement vers la normalisation d’entreprises marocaines évoluant dans des domaines d’activités variés.

SGS clôture le premier semestre de l’année en beauté. En effet, le groupe multinational suisse vient d’enregistrer une augmentation de son chiffre d’affaires à deux chiffres. Un résultat positif qui s’explique notamment par le renforcement de ses activités sur le segment de l’agriculture et de l’alimentation ainsi que des biens de consommation et des minerais.

Deux acquisitions majeures

En janvier dernier, SGS enregistre sa deuxième opération capitalistique en rachetant le Laboratoire Centre Atlantique (LCA) spécialisé dans les services d’analyse, notamment de la fertilité des sols, de la gestion de l’eau et des résidus de pesticides. Le rachat de ce laboratoire, détenu jusqu’alors par l’Association française des agriculteurs et opérant depuis une quinzaine d’années dans le Royaume, permet ainsi à SGS de compléter son offre sur le marché attractif de l’agriculture nationale. Autre acquisition majeure pour le Groupe, LAAGRIMA, un laboratoire qui propose des analyses pour les marchés de l’alimentation et du tourisme au Maroc. L’ambition de SGS à travers ce rachat est de développer le réseau existant afin de toucher à toutes les parties de la chaîne de valeur, de la fourche à la fourchette.

Un large champ d’actions

Intervenant dans plusieurs secteurs d’activités, SGS fournit des solutions adaptées pour aider à réduire les risques,à rationaliser les processus et à améliorer la durabilité des opérations de ses clients. Les activités de contrôle et d’inspection des importations et exportations des produits agroalimentaires représentent le cœur de métier de SGS Maroc. C’est dans les années 70 que SGS Maroc a lancé ces services d’inspection pour accompagner le développement minier du Royaume. Toujours à l’écoute du marché et de ses clients, SGS Maroc mise durant les années 80 sur l’inspection des produits pétroliers en collaboration avec la plus grande raffinerie du Maroc, la SAMIR. Dans l’optique de diversifier ses activités et répondre au mieux à la demande, SGS décide en 2000 de démarrer une démarche de certification ISO 9001. En 2007, suite à un appel d’offres international, une nouvelle entité est créée : SGS AMAN’AUTO. SGS Maroc développe alors son réseau de centres de visite technique à travers tout le Maroc. Dès 2012, l’activité du laboratoire se développe fortement, grâce à l’expertise internationale du groupe SGS et à ses technologies de pointe. C’est ainsi qu’ont été ouverts le premier laboratoire pétrolier du groupe au niveau du port Tanger MED et le plus grand laboratoire en Afrique d’analyse physico-chimique de textile et cuir à Casablanca, en 2012.

Le Maroc, la porte d’entrée vers des ambitions africaines

À partir du Maroc, SGS effectue l’inspection de marchandises destinées aux pays qui sont sous contrat avec le groupe. Sur le continent africain, SGS Maroc inspecte les produits exportés vers le Gabon, la Côte d’Ivoire, le Cameroun et dans bien d’autres pays. La vision stratégique de la filiale du groupe SGS est de positionner le Maroc comme un hub d’analyses sur le continent, en s’appuyant sur la présence de la maison mère dans 42 pays en Afrique. Le positionnement géostratégique du Maroc en tant que hub africain est un exemple concret du dynamisme marocain.

Trois questions à :

Mehdi Benzaari

Mehdi Benzaari,
Directeur Général de SGS Maroc

Un mot sur la CCSM ?

La Chambre de commerce suisse, regroupant aujourd’hui plus d’une centaine de membres de différents secteurs d’activités, a pour missions le développement des opportunités d’affaires et la promotion des échanges commerciaux entre la Suisse et le Maroc. En ce sens, elle accompagne les investisseurs suisses qui souhaitent s’implanter au Maroc, et appuie les entreprises membres par le biais d’un large choix de services adaptés à leurs besoins.

La CCSM organise également, chaque année, plusieurs événements : ateliers, tables rondes, conférences-débats, séminaires et voyages d’affaires, pour créer des opportunités d’affaires et d’échanges avec des experts et de hautes personnalités du paysage économique sur des thématiques différentes.

Nous sommes à la fin du premier semestre de l’année. Quel bilan en tirez-vous ?

C’est un bilan positif. SGS Maroc a augmenté aussi bien son chiffre d’affaires que son résultat lors des six premiers mois de cette année. Nous observons une forte évolution dans les différents secteurs d’activités de SGS Maroc. Les deux derniers investissements, notamment les rachats successifs du LCA et du LAAGRIMA, ainsi que ceux à venir contribueront certainement à consolider notre position de leader.

Que pensez-vous des relations économiques entre la Suisse et le Maroc ?

Les entreprises marocaines se modernisent, s’adaptent aux nouvelles évolutions environnementales et répondent de plus en plus aux normes et standards internationaux. Ces efforts d’adaptation suscitent l’intérêt de la Suisse qui suit de très près l’engagement des opérateurs économiques marocains en faveur du développement de l’Afrique et de son insertion compétitive dans une économie mondialisée. Les stratégies de développement du Maroc sont dans l’ensemble favorables au développement des relations économiques bilatérales entre le Maroc et la Suisse. Il appartient aux secteurs privés suisse et marocain d’identifier les nouvelles opportunités d’échanges qui se présentent. Le tourisme, l’éducation, la formation professionnelle, l’environnement et les énergies renouvelables sont autant de domaines prometteurs et exploitables.

Événements